Saint Nicolas en Lorraine

vendredi 6 février 2015
par  Jean-François


PELERINAGE A SAINT NICOLAS EN LORRAINE
(MEURTHE-ET-MOSELLE)



« SAINT NICOLAS, PROTECTEUR DE LA LORRAINE, PRIEZ POUR NOUS »

Saint Nicolas, secours des pauvres, priez pour nous
Saint Nicolas, libérateur des prisonniers, priez pour nous
Saint Nicolas, qui exaucez ceux qui vous invoquent, priez pour nous
Saint Nicolas, libérateur des prisonniers, priez pour le Père Georges Vandenbeusch



I. PELERINAGE A SAINT NICOLAS EN LORRAINE

Pour la Saint Nicolas d’hiver du 6 au 8 décembre 2013.

Saint Nicolas, évêque de Myre en Lycie, fut un grand saint, grand protecteur des pauvres, des faibles et des prisonniers, annonciateur infatigable de la Bonne Nouvelle des Evangiles dans un monde païen, tenté par de multiples idoles. Nombreux furent les miracles qui s’accomplirent par invocation de son Nom.

JPEG - 23.4 ko Le 9 mai 1087, face aux menaces de profanations de l’Islam, des marins italiens ramenèrent sa dépouille mortelle à Bari. Depuis cette translation des reliques du Saint, la Saint-Nicolas d’été est fêtée le lundi de Pentecôte.

A cette même époque, en 1098, Albert de Varangéville, seigneur lorrain, rapporta de Bari en Lorraine une relique du Saint, qui serait une phalange, qui fut rapidement à l’origine de nombreux miracles. Ceci explique que les Ducs de Lorraine, dès 1120, firent de Saint Nicolas le Patron de la Lorraine.

JPEG - 7 ko Une première église, puis une deuxième fut construite en 1193, qui accueillit de grands rois, des ducs de Lorraine, Saint Bernard et Sainte Jeanne d’Arc, qui vint y prier en 1429. Le sanctuaire lorrain fut le témoin de nombreux miracles, dont un des plus anciens fut la libération de captivité du sire de Réchicourt, miraculeusement transporté, la veille du 6 décembre 1240, de son lieu d’esclavage chez les infidèles musulmans (à Gaza en Palestine) jusque sur le parvis même de l’église Saint-Nicolas de Port. Ce miracle n’est pas sans rappeler celui intervenu en faveur du jeune Basile (Adéodat pour les latins), emmené en Crète au VIIIe siècle par un émir arabe qui en avait fait son esclave (les enlèvements d’enfants par les envahisseurs sarrasins étant alors fréquents) : le 6 décembre suivant cet enlèvement, il est rendu par saint Nicolas à ses parents, à Tyr en Phénicie, tenant encore à la main la coupe d’or dans laquelle il était en train de servir à boire à l’émir, un instant auparavant
Source

Le sanctuaire actuel, de style gothique flamboyant, a été construit par le duc de Lorraine René II, en reconnaissance à Saint Nicolas, qu’il était allé prier avant d’aller combattre et vaincre Charles le Téméraire, duc de Bourgogne. Il fut érigé en basilique par le Pape Pie XII en 1950.

Programme


JPEG - 14.2 ko Jeudi 5, vendredi 6 et samedi 7 décembre : colloque :
« Entre Orient et Occident : le culte de Saint Nicolas (Xe-XXIe siècle) »

Samedi 7 décembre
Temps de prière : 15h et 15h30
Vêpres : 16h
768ème procession ancestrale : 20h30

Dimanche 8 décembre
Procession (plus particulièrement destinée aux enfants) : 15h

Programme détaillé


II. SUR LE CHAMEIN DE SAINT NICOLAS : de Saint-Nicolas en Lorraine à Saint-Nicolas de Bari

Source

Les premiers pèlerins sur le futur chemin conduisant au tombeau de saint Nicolas de Bari sont partis dernièrement de Saint-Nicolas-de-Port à la suite d’une bénédiction de départ dans le sanctuaire lorrain placé sous le vocable du saint patron des voyageurs.

JPEG - 15.5 ko Pour les concepteurs du projet chemin de saint Nicolas, qui travaillent d’arrache-pied pour réaliser un itinéraire de pèlerinage vers le tombeau de saint Nicolas à Bari via le sanctuaire de Saint-Nicolas-de-Port, ce fut un moment émouvant. Un groupe de six routiers (plus de 17 ans) des Europa Scouts de Nancy vient d’entamer un long pèlerinage vers Bari au départ du sanctuaire lorrain : ils sont ainsi les tous premiers courageux a emprunter l’itinéraire retenu par l’association des Pèlerins de Saint Nicolas, mais non encore balisé. Et les premiers pèlerins modernes à renouer avec les pèlerinages ancestraux vers Bari à pied en l’effectuant sur un itinéraire spécialement dédié au saint patron des voyageurs, des jeunes gens, des prisonniers et des Lorrains. Un chemin qui mène aussi vers Jérusalem.

Sur le chemin de Saint Nicolas avec les Europa Scouts nancéiens

Le jour du départ à Saint-Nicolas-de-Port, au cours d’une cérémonie impeccablement conduite par le recteur de la basilique, l’abbé Jean-Louis Jacquot, les pèlerins nicolaïens ont reçu la bénédiction de départ, après la Prière du pèlerin, le « Notre Père » et un « Je vous salue Marie ». En signe de protection patronale pour le voyage, ils reçurent, en application sur le front, la manne de saint Nicolas, laquelle suinte depuis l’origine du tombeau de saint Nicolas. Le recteur, après avoir échangé quelques mots conviviaux, a donné l’accolade aux pèlerins, leur souhaitant bon voyage. Les scouts se sont ensuite mis en route en s’éloignant de la basilique par la ruelle Brudchoux, la rue historique par laquelle arrivaient et repartaient autrefois les pèlerins des Vosges.

JPEG - 15.9 ko Le sanctuaire de Saint-Nicolas de Bari dans la région des Pouilles au sud-est de la péninsule italienne est aussi éloigné que celui de Saint-Jacques de Compostelle. Les scouts routiers de Nancy, qui ont coutume de marcher chaque été durant une semaine, en dormant à la belle étoile, avaient déjà fait l’expérience du Saint Jacques et entendu parler du projet de chemin de saint Nicolas. Désireux de l’entreprendre sitôt que l’itinéraire serait fixé, ils n’ont pas perdu de temps, puisque c’est au mois de juillet que le tronçon de Saint-Nicolas-de-Port à Chamagne a pu être fixée grâce à la collaboration d’un couple de Haussonville, M. et Mme Blanchard, ce qui ouvrait la route jusqu’à Dietwiller en Alsace. Même si le balisage, précédé d’un long et fastidieux travail administratif, se fait encore attendre. Le groupe scout envisage d’effectuer le pèlerinage sur plusieurs années, petit bout par petit bout. Parti de Saint-Nicolas dans l’après-midi tardive du 7 août, ils ont parcouru 175 km jusqu’au soir du 13 août, effectuant entre 25 et 30 km par jour, pour arriver près du col de Bussang. L’année prochaine, ils envisagent la traversée du Sundgau via le lieu de pèlerinage médiéval de Thann vers Bâle et le Jura suisse. Ils sont déjà attendus par des bénévoles suisses de l’association internationale Via francigena, la voie des ’Romieux’ (ainsi sont surnommés les pèlerins vers Rome). Pour la troisième année, ils devraient franchir le fameux col du Grand Saint Bernard sur cette même voie des Romieux.

JPEG - 14.3 ko Les scouts ont marché au plus près de la route des pèlerins ancestraux qui, venant de Suisse et des Vosges se rendaient à Saint-Nicolas-de-Port, ou de ceux qui, venant de Lorraine se rendaient vers la Suisse et l’Italie. Ils ont notamment traversé Haussonville, en découvrant son château Renaissance dont le seigneur avait fondé un hospice pour les pèlerins de passage au XVe siècle, Bayon, Chamagne, Charmes avec sa très belle église gothique Saint-Nicolas bâtie à la même époque que la basilique de Port, Epinal et Remiremont avec sa crypte consacrée à l’évêque de Myre par le pape Léon IX vers le milieu du XIe siècle. « C’est un très bel itinéraire, toujours sur des petits chemins tranquilles » rapporte Aymeric Tonnerieux, chef du groupe. « Seul regret, les églises et chapelles sur notre chemin étaient toutes fermées, contrairement à celles situées sur le Saint Jacques », remarque Aymeric. Avec l’établissement du chemin de saint Nicolas, cette mesure de précaution ne sera bientôt pas plus nécessaire que sur le chemin de Saint Jacques : l’évêque de Myre est aussi le saint protecteur invoqué contre les voleurs !

D’après L’Ami Hebdo, texte et clichés de Olivier Hein et Françoise Orsini
Publié dans La vie en Lorraine, loisirs et animations, nos traditions, notre histoire, notre patrimoine

Site à consulter

Documents joints

Pèlerinage du 6 décembre 2014

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031