Notre-Dame de Vie

mercredi 27 janvier 2016
popularité : 8%


Pèlerinages à Notre-Dame de Vie
à Vénasque le lundi de Pâques
Pour la fête de l’Ascension et celle de l’Assomption de la Très sainte Vierge Marie
« Présent à Dieu, présent au monde »




 »

Le sanctuaire de Notre-Dame de Vie à Vénasque (comtat Venaissin, actuel département du Vaucluse) remonte au IVe siècle de l’ère chrétienne. Parmi les premiers évêques, résidant soit à Carpentras, soit à Vénasque, figurent saint Siffrein, venu de l’abbaye de Lérins, et Bohétius, évêque au VIe siècle. La petite église de Sainte Marie de Vie dut être agrandie pour permettre d’accueillir les nombreux pèlerins et fidèles. En 1613, les religieux Minimes, fils de saint François de Paule, vinrent desservir le sanctuaire et y accueillir les pèlerins. Saint Benoît Joseph Labre y séjourna.

Après les affres de la période révolutionnaire, les pèlerinages reprirent. Le sanctuaire, racheté, fut confié au Père Marie-Eugène, carme, qui institua en 1932 avec Marie Pila l’Institut Notre-Dame de Vie, œuvre « pour un témoignage qui pourra passer par la parole mais surtout par l’être ».qui a prit une dimension internationale : « Le grand moyen de la mission, c’est le témoignage de quelqu’un qui est possédé et pris par Dieu, qui par ses attitudes, par ses paroles, laisse voir Dieu, laisse apparaître Dieu, montre ce que Dieu peut faire dans une vie » (Père Marie-Eugène de l’E-J, En marche vers Dieu p. 93).

Après le retour à Dieu du Père-fondateur, Marie Pila fit approuver par le Saint-Siège l’Institut Notre-Dame de Vie comme un seul institut séculier à trois branches autonomes (branche féminine laïque, branche masculine laïque, branche sacerdotale), par décret du 21 novembre 1973, mettant ainsi en œuvre la pensée initiale du fondateur.

Les principaux pèlerinages ont lieu le lundi de Pâques, le jour de l’Ascension de Notre-Seigneur et le jour de l’Assomption de la Très sainte Vierge Marie.

Prendre pleinement conscience du Don du Baptême

« Croyez en votre grâce ! », ne cessait de répéter le père Marie-Eugène.

Chaque baptisé reçoit un don unique et personnel au baptême. Ce don divin, ce cadeau de la part de Dieu nous fait participer à sa vie et nous permet de marcher vers Lui. Filiale, la grâce nous permet d’entretenir une relation personnelle avec le Père dont nous sommes les enfants.
« L’Esprit en personne se joint à notre esprit pour attester que nous sommes enfants de Dieu »

Romains 8, 16.

Le baptême n’est pas seulement un geste posé dans un passé plus ou moins lointain. Le don reçu ce jour-là est sans cesse appelé à de nouveaux développements. Comme le grain de sénevé porte déjà en lui toute la plante, la grâce donnée par Dieu porte en elle un appel.

Quand on a pris conscience de sa grâce, de la lumière qu’elle porte, de la direction qu’elle imprime, des espérances qu’elle donne, on a une ancre dans sa vie.
Père Marie-Eugène de l’E-J, Au souffle de l’Esprit p. 88

Notre vocation de baptisé n’est pas quelque chose d’extérieur à nous-mêmes mais au contraire, une « direction », une « lumière », une « espérance » que nous portons en nous. Il nous revient de la chercher et d’y répondre.

« Présent à Dieu, présent au monde »

La voie d’enfance

« Le Père Marie-Eugène diffusera inlassablement, dans des milieux très divers, la doctrine spirituelle de Thérèse : « Elle est surtout pour nous une maîtresse spirituelle : modestement mais avec sûreté elle nous a enseigné sa « petite voie », nous a appris la confiance, nous a appris l’abandon, après nous avoir révélé quelque chose de ce qu’elle a découvert elle-même en la Trinité Sainte, à savoir ce foyer brûlant d’amour qu’est l’Amour substantiel, qu’est l’Esprit Saint ».

Qu’est-elle, cette « petite voie » ?
« Plus on est faible, sans désirs ni vertus, plus on est propre aux opérations de l’amour consumant et transformant », écrit Thérèse.

Le Père Marie-Eugène commente ainsi : « La petitesse, sur tous les plans, est l’aptitude à recevoir Dieu… Le spirituel s’incarne dans le petit. Dieu accorde ses faveurs aux simples et aux petits… Si nous voulons attirer la grâce, développons l’humilité ».

Dès lors apparaît la relation profonde entre la sainteté et la pauvreté totalement acceptée : « Quand l’âme est complètement pauvre, explique le Père Marie-Eugène, elle va vers Dieu, et Dieu se précipite vers elle », chargé de la richesse de ses dons. « La sainteté consiste en un état de pauvreté telle qu’à tout instant on soit obligé de tout demander à l’Esprit Saint ». C’est l’attitude de l’enfant qui s’abandonne, confiant, dans les bras de ses parents. La petite voie de Thérèse, appelée aussi enfance spirituelle, « n’est pas une voie réservée aux parfaits, précise le Père. La voie d’enfance s’ouvre devant toutes les âmes ».

L’Institut Notre-Dame de Vie

Le pape Benoît XVI écrivait le 18 juillet 2012 aux membres des Instituts séculiers : « Votre vocation est d’être dans le monde en en assumant tous les poids et les aspirations, avec un regard humain qui coïncide toujours davantage avec le regard divin, duquel jaillit un engagement original, particulier, fondé sur la conscience que Dieu écrit son histoire de salut sur la trame des vies de notre histoire »

Marie, Mère de la Vie

« Oui, c’est bien une Sorgue que la Vierge Marie
a fait jaillir dans cette vallée qui, de tout temps,
fut fréquentée des âmes avides de perfection.
La Vierge a fait jaillir ici le jet puissant
de cette source, de ce fleuve souterrain.
Nous l’avons découverte un jour et nous y avons cru,
et nous voyons les effets de ces flots de vie qui jaillissent.
La Vierge Marie elle-même nous dit :
« Venite ad aquas », approchez-vous de la Source.
Vous avez faim, vous avez soif,
c’est pour cela que vous êtes là.
Vous avez faim et soif de Dieu,
approchez-vous de la Source, elle est abondante,
vous ne l’épuiserez pas, elle vous désaltèrera.
La Vierge Marie vous donnera gratuitement.
Elle a de la joie à donner ainsi à ses enfants.
Cette source qui jaillit ici,
c’est une Sorgue de miséricorde ».

Père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus

A la source, l’oraison

« 2 heures d’oraison (ou prière personnelle) par jour, cela peut paraître décalé avec le monde dans lequel nous vivons. Comment prendre autant de temps dans une journée déjà bien remplie pour les laïcs, par une vie professionnelle ou, pour les prêtres, par un ministère ?

Dieu est Amour et il trouve sa joie à se donner. Si l’on considère que notre relation avec Lui est non seulement indispensable mais vitale parce que nous sommes enfants du Père, si nous reconnaissons que nous recevons de Lui « la vie, le mouvement et l’être » (Ac 17, 28), que « toutes nos activités prennent leur source en Lui et reçoivent de Lui leur achèvement » (liturgie), alors la question du temps donnée à la prière « relève d’une volonté déterminée révélatrice des secrets du cœur » (Catéchisme de l’Église Catholique n°2710).

« L’oraison est en quelque sorte le soleil et le centre de toutes les occupations de la journée. On a l’impression chaque soir qu’on n’a guère fait que cela d’important. »
ou encore
« L’oraison, c’est une recherche de Dieu…au début, c’est une recherche ! On ne le trouve pas, on n’a pas l’habitude. Après, c’est lui qui vous accroche. Il répond. L’oraison donne l’expérience de Dieu. On le cherche dans la foi. Il faut exercer cette foi »
Père Marie-Eugène de l’E-J, La force de la prière, p.16 & p.18

L’oraison est une démarche de l’amour qui aime prendre sur soi pour donner du temps à celui qu’il aime ».

Informations

Institut Notre-Dame de Vie 85 chemin de la Roberte F - 84210 Venasque
L’accueil de Notre Dame de Vie :

L’accueil est ouvert de 8h00 à 20h00 sans interruption. Vous pouvez y trouver un ensemble d’ouvrages sur les saints du Carmel, le père Marie-Eugène, la Catéchèse etc.… et des renseignements divers.

Tél : +33 (0)4 90 66 67 90

Les Messes :

Du lundi au samedi, en temps ordinaire, une messe est célébrée au sanctuaire de Notre Dame de Vie à 12h00.

Attention : pendant l’été, les horaires de semaine sont sujets à changement. La messe est généralement à midi dans la grande chapelle de Ste Emérentienne.
Le dimanche, la messe est habituellement à 11h30 à la chapelle Ste Emérentienne. Pour les grandes fêtes, il est prudent de téléphoner à l’accueil de Notre-Dame de Vie ( 04.90.66.67.90) pour s’assurer de l’horaire.

Site à consulter :

Notre Dame de Vie