Fête de Saint-Léon à la cathédrale de la Major de Marseille

mardi 1er novembre 2016
popularité : 3%


Pèlerinage à Marseille
de l’église Saint-Laurent à la cathédrale de la Major
pour la fête de Saint-Léon
Le dimanche 13 novembre 2016



Organisé par le comité des fêtes de Saint Léon et de Saint Roch de Marseille, une procession se rendra de l’église Saint-Laurent à la cathédrale de la Major à Marseille le dimanche 13 novembre 2016.

Cette fête de Saint Léon aura pour hôtes le conseil municipal de Spergonla, ville italienne dont le patron est Saint Léon.

La cathédrale de la Major ou cathédrale Sainte-Marie-Majeure est la cathédrale catholique de l’archidiocèse de Marseille, construite en style néo-byzantin entre 1852 et 1893 sur les plans de l’architecte Léon Vaudoyer, dans le quartier de la Joliette du 2e arrondissement de la ville, sur une esplanade entre le Vieux-Port et le port de la Joliette. Elle s’élève majestueusement sur l’emplacement de l’ancienne cathédrale du XIIe siècle, dont il reste quelques éléments. Son nom occitan de « Major » lui vient de cette origine très ancienne.

Elle été érigée en 1896 en basilique mineure par le pape Léon XIII.

Programme

10h15 Rassemblement devant l’église de Saint-Laurent
Aubade aux saints par l’Amicale de la Légion Etrangère
Bénédiction de la mer, de la ville, des bateaux et des pécheurs
Procession à travers le quartier. Le reliquaire de Saint-Lazare sera porté par les Chevaliers de Saint-Lazare

11h Messe de Saint-Léon à la cathédrale de la Major (ou Sainte-Marie-Majeure) de Marseille

Apéritif à la fin de la Messe

Informations

paroisse cathédrale de la Major Tel : 04 91 90 52 81

Direction diocésaine des pèlerinages
7 cours de la Trinité
13625 Aix-en-Provence Cedex 1

Saint Lazare, ressuscité à Béthanie par Notre Seigneur, par la suite premier évêque de Marseille et martyr

« Saint Lazare, sainte Marie Madeleine, saint Maxime et sainte Marthe avancent à l’intérieur des terres. C’est probablement à Arles qu’ils se séparent, ville qui sera évangélisée par saint Trophime. Etait-il donc de ce voyage, ce 1° évêque d’Arles ? Nul ne peut l’affirmer. Saint Maximin poursuit sa route vers Aix, où nous le rejoindrons dans un instant. Saint Lazare et sainte Marie Madeleine descendent eux vers le sud et atteignent Marseille.

Ils commencent ensemble l’évangélisation de la ville portuaire, mais sainte Madeleine n’y restera pas longtemps, remontant bientôt sur Aix où elle retrouve saint Maximin. Saint Lazare, lui, va demeurer près de cinquante ans dans la ville phocéenne.

Au moment où il la rejoint, Marseille est province romaine depuis plus d’un siècle. Mais elle a été fondée par les Grecs 600 ans avant Jésus-Christ, et dans toute la région on parle encore le grec. Malgré les dégâts subis par l’invasion romaine en 49 avant Jésus-Christ, la ville demeure un port renommé, dont le vaste trafic au cours des siècles a engendré bien des richesses, et dont l’influence s’étend loin à l’intérieur des terres – qui sont encore à cette époque largement boisées, et bâties de nombreuses petites cités. On y adore les divinités grecques autant que romaines, ainsi que quelques divinités égyptiennes, comme Isis et Osiris. C’est donc une ville très cosmopolite que saint Lazare s’emploie à évangéliser…

La Tradition le représente priant nuit et jour, jeûnant, prêchant l’Evangile dans cette ville bigarrée aux mille visages, semeur infatigable de la Bonne Nouvelle du Christ Vivant.

Les vieux livres liturgiques d’Autun et de Nantes, échappés aux ravages des Sarrasins, affirment que saint Lazare fut décapité sous le règne de Domitien, en l’an 94, dans une extrême vieillesse. C’était un 17 décembre, dans la prison même de l’abbaye ou du moins sur la place de Lenche, tout près de l’abbaye. Son corps fut inhumé à Marseille, dans l’antique église de Saint-Victor. Au 8° (ou au 10°) siècle, pour échapper aux invasions barbares, ses reliques, gardées dans une châsse, furent transférées à Autun. Marseille a toujours gardé sa précieuse relique, et encore aujourd’hui, dans une chapelle de la cathédrale, on peut voir le chef du grand saint, religieusement conservé. »

« En 1737, Mgr de Belsunce obtint de l’évêque d’Autun que lui fut donné un fragment de côte et trois ossements de la main. Seuls ces derniers sont dans la châsse. Le fragment de côte se trouve dans un riche reliquaire en bois doré à la paroisse Saint-Lazare de Marseille.

En 1859, saint Eugène de Mazenod obtint à son tour que lui fut donné, pris sur les reliques d’Autun, un bras de saint Lazare : on le voit dans cette châsse avec les autres reliques.

Pour des raisons de sécurité cette châsse n’était exposée que dans les grandes occasions. Maintenant, grâce à des mesures de sécurité et à la générosité de l’Ordre des Chevaliers de Saint-Lazare de Jérusalem, le reliquaire est présenté à la dévotion des fidèles dans la chapelle de la cathédrale de la Major dédiée à saint Lazare ».

La fête de Saint Lazare est le 17 décembre. Puisse-t-elle donner lieu à un grand pèlerinage annuel à ce grand saint, aimé et ressuscité par le Christ, grand évangélisateur et martyr, dont la venue en Provence est, il est vrai, contestée, sans preuves, dans la lignée du relativisme dominant.

Sites à consulter

pèlerinages Aix Marseille

spiritualité chrétienne Provence Marseille

Saints de Provence reliquaire de saint Lazare à Marseille

Saints de Provence réhabilitation de saint Lazare à Marseille

tourisme Marseille esplanade de la Major