Marie Enfant à Nice

mardi 6 septembre 2016


Pèlerinages à Marie Enfant
à Nice
Chaque année, le 8 septembre, pour la fête de la Nativité de la Vierge Marie



A Nice dans l’église de l’Annonciation, dédiée également à sainte Rita, au cœur du vieux Nice, est célébrée chaque année, pour la fête de la Nativité de la Vierge le 8 septembre, la Messe et la récitation de la prière « Marie au Berceau ».Dans cette église se trouve une statue de la « Santissima Bambina », la Très sainte Enfant.

La célébration de la fête de la Nativité de la Vierge Marie, une des grandes fêtes mariales de l’année liturgique, mérite d’être suivie avec assiduité et ferveur, car elle répond à la volonté même de Dieu le Père et de Notre-Seigneur Jésus-Christ, comme en témoigne ce bref résumé historique, relatif à l’apparition de la Vierge Marie à saint Maurille, en l’an 430 :

Apparition de la Vierge à saint Maurille en 430

Au IVe siècle, saint Martin dirigeait à Marmoutiers un monastère d’où sont sortis de nombreux évangélisateurs et grands missionnaires. Deux des plus illustres d’entre eux, saint Florent et saint Maurille, se fixèrent non loin l’un de l’autre : saint Florent s’établit au Mont Glonne, à saint Florent le Vieil ; saint Maurille, natif de Milan, se fixa à Chalonnes, et devint évêque d’Angers.

Ce dernier allant voir son ami saint Florent , s’arrêta pour prier au bord de l’Evre, à l’ombre des peupliers. Tout à coup, il fut environné d’une lumière céleste et, dans un peuplier, lui apparut la Vierge Marie, lui révélant que la volonté de Dieu et le bon plaisir de son divin Fils, était que la fête de sa Nativité soit célébrée le 8 septembre.

Ce lieu fut désigné par le nom « lac de Marie », le Marillais. Ce jour-là en Anjou est, depuis lors, appelée « la Fête Angevine »

L’apparition de Marie en 430, près de Saint-Florent-le-Vieil, et sa demande que soit célébrée sa Nativité fut le prélude à la décision prise l’année suivante, sur l’inspiration de l’Esprit Saint, par le concile d’Ephèse, reconnaissant à la Sainte Vierge Marie sa nature de Mère de Dieu.

En ce lieu, Charlemagne fit élever la plus belle Basilique du royaume et donna une cloche d’or au précieux sanctuaire marial.

Après les destructions et l’apostasie de la période révolutionnaire, Mgr Freppel ressuscita le pèlerinage à Notre-Dame du Marillais et, le 15 septembre 1873, ce furent ainsi 30 000 personnes qui accoururent au Marillais

Le 24 septembre 1891,la première pierre du nouveau sanctuaire fut bénie.

Les XVIIe, XVIIIe et XIX ème siècles et la dévotion à Marie Enfant

En France, le XVIIe siècle, avec les merveilleux écrits de saint Jean Eudes et sa dévotion à la Vierge Marie, avec la consécration de la France à Marie par le roi Louis XIII, fut appelé le siècle de Marie, mais aussi le siècle de « Marie Enfant ».

Puis, l’ont honoré et prié saint Joseph de Cupertino, saint frère mineur italien, M.Olier, fondateur de la Congrégation des Prêtres de Saint Sulpice à Paris, Dom Prosper Guéranger, moine bénédictin, refondateur de l’abbaye de Solesmes et restaurateur de l’ordre bénédictin en France, qui, dans son année liturgique, l’appelle avec amour « La petite nuée que le Père des Prophètes attendait dans l’angoisse suppliante de son âme et qui apporte à la terre desséchée la fraîcheur et la fécondité ,un nuage d’exquis parfum qu’exhale aux cieux notre désert. »

Anne-Catherine Emmerich, mystique allemande béatifiée en 2004, consacra des chapitres à la petite Enfance de Marie.

La Santissima Bambina à Milan

En 1735,une religieuse en Italie réalisa une statue en cire représentant « Marie Enfant », qui fut amenée à Milan et confiée plus tard aux Soeurs de la Charité de Milan,qui la prièrent avec ferveur. Peu à peu, la dévotion s’essouffla, le visage de la statue se décolora, si bien qu’elle fut mise dans une caisse ,d’où elle n’était sortie que pour la fête de la Nativité et pendant son octave, et cela jusqu’en 1884.

Le 8 septembre de cette même année, la Supérieure porta la statue pour la faire embrasser aux Soeurs. Une novice, paralysée de la main droite, la prit dans la main gauche, adressa une prière fervente à Marie Enfant et fut guérie instantanément. La statue fut alors remise à l’honneur et, le 5 janvier 1885,nouveau miracle, une soeur à l’article de la mort, fut guérie après une neuvaine à la « Santissima Bambina »

Le 16 janvier 1885,un autre miracle éclatant concerna cette fois la statue elle-même, qui se transforma seule, de jaunie et abîmée, devint légèrement rosée, comme une nouvelle statue. Et depuis elle est restée ainsi.

Ce fait et de nouveaux miracles contribuèrent à accroître la dévotion à « Maria Bambina », Marie Enfant.

La statue fut couronnée le 31 mai 1904.

Elle trône toujours chez les Soeurs de la Charité à Milan.

La Santissima Bambina en France

En 1890,les Carmélites de Laval obtinrent des Religieuses de Milan de copier la statue, et elles inaugurèrent leur sanctuaire le 17 février 1898. De ce jour, le culte de « Marie"Enfant » se répandit en France.

Très vite, la statue fut reçue et la dévotion adoptée dans de nombreux sanctuaires. Nous pouvons encore la voir et prier à Pontmain, Béhuard, Le Marillais, Laghet, Laveyssière, etc….), dans des chapelles et chez des particuliers.

Nous avons également une Bambina qui est la copie de celle de Milan qui fut donnée par des italiennes en 1911,à Marie Mesmin, qui eut en 1902 à Bordeaux le privilège d’apparitions de la Vierge Marie. La statue, qui arriva à Bordeaux le 19 décembre 1911,pleura le soir même et jusqu’au 20 janvier 1913, jour où Marie Mesmin fut obligée de déménager.

Il est donc essentiel de découvrir et prier Marie Enfant, particulièrement pour la fête de la Nativité de la Vierge Marie. Faisons renaître cette dévotion, car de nombreuses grâces sont obtenues en priant « Marie Enfant ».

Prière à Marie au berceau

Glorieuse Fille du ciel, aurore du Soleil de justice, nous venons à vos pieds le cœur plein d’une joie sainte, en union avec les Esprits bienheureux qui entourent votre berceau, vous offrir l’hommage de notre vénération et de notre amour. Nous vous prions, Marie Enfant, de nous bénir et de nous protéger, maintenant et toujours.

Accordez-nous les grâces que nous sollicitons de votre Coeur Immaculé. Soyez notre avocate auprès de Dieu le Père, dont vous êtes la Fille, du Fils dont vous êtes la Mère, et du Saint-Esprit, dont vous êtes l’Epouse, Ô Marie Enfant, et que votre simplicité et votre pureté soient notre partage.

Daignez nous rendre, près de votre berceau, l’innocence que le saint baptême nous avait fait recouvrer.

Donnez-nous aussi une abondante participation aux fruits et aux grâces qui sont attachés à votre glorieuse naissance. Ainsi soit-il.

Saint Joseph de Cupertino, Frère mineur (✝ 1663)

Joseph Desa est né à Cupertino dans les Pouilles (Italie) dans une famille très pauvre où il reçut une éducation très pieuse de sa mère qui était tertiaire de saint François. Maladroit, d’esprit lent, il voulait néanmoins devenir fils de saint François. Les Capucins n’en veulent pas. Les franciscains l’accueillent mais comme garçon d’écurie. Ils finissent par l’admettre au sacerdoce quand ils découvrent sa richesse spirituelle et humaine. gravure du XVIIIe siècle représentant Saint Joseph de Cupertino Porteur de dons mystiques étonnants, il attire les foules : miracles, extases, lévitations. L’Inquisition se méfie et ordonne à plusieurs reprises de le mettre à l’écart. Saint Joseph accepte ces mesures avec une grande simplicité et une profonde humilité, sans jamais se plaindre.

La réputation de lévitation qui marqua la vie du saint explique qu’il ait été spontanément considéré comme le patron de tous les métiers liés à l’aviation et aussi des cosmonautes. Il a toujours été considéré comme le patron des étudiants et en particulier des candidats aux examens à cause des énormes difficultés scolaires qu’il rencontra jusqu’à son ordination. (Diocèse aux Armées françaises)

Voir aussi : Saint Joseph de Cupertino, saint patron des étudiants.

À Osima dans la Marche d’Ancône, en 1663, saint Joseph de Cupertino, prêtre de l’Ordre des Mineurs. Reçu chez les conventuels, il se fit remarquer par sa pauvreté, son humilité et sa charité envers les pauvres au milieu des circonstances difficiles de sa vie.

Martyrologe romain

« Ce n’est pas en paradis que se fabriquent les saints. C’est sur terre. »
Paroles de sagesse de saint Joseph de Cupertino

Ouvrages à consulter

Vous pouvez commander les ouvrages suivants, aux Ed.saint Gabriel B.P 10064 63360 Gerzat ou edstgabriel@orange.fr

  • Livret de prières, neuvaines, litanies et prières à Marie Enfant, dite Santissima Maria Bambina, Ed. Saint-Gabriel, 9 euro+port 2,80
  • Marie Enfant, dite Santissima Maria Bambina, par le Père Ange Brazzoli, Ed. Saint-Gabriel, 18euro+port 4,20
  • Histoire de la dévotion 25 euro+port 7,50
  • Statuette 11cm 10euro+port 6,50
Site à consulter

pèlerinages de France Notre Dame du Marillais


Navigation

Articles de la rubrique

  • Marie Enfant à Nice

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301