Pèlerinage au Calvaire de Pontchâteau (Loire-Atlantique) des Pèlerins de l’Eau Vive

lundi 26 octobre 2015
popularité : 4%


Pèlerinage au Calvaire de Pontchâteau (Loire-Atlantique)
des Pèlerins de l’Eau Vive
Le 11 novembre 2015



« Les pèlerinages de l’Eau vive s’adressent aux malades de l’alcool, à tous ceux qui ont un être cher à guérir, en particulier à l’épouse ou à l’époux, à tout l’entourage d’un malade de l’alcool.

Pour l’entourage que nous appelons « co-dépendants », il est difficile de comprendre et d’accepter qu’ils ont eux-même à guérir de la souffrance de voir boire celui ou celle qu’ils aiment.

Chacun a à demander sa propre conversion et sa guérison.

Sont aussi invités tous les amis des malades de l’alcool. Rien de distingue un pèlerin d’un autre pèlerin.

Un pèlerinage peut être l’occasion providentielle d’une rencontre fondamentale de Dieu, pour le malade et sa famille blessée.

Certains cœurs locaux organisent leur propre pèlerinage régional.

Lourdes est le pèlerinage international annuel incontournable.

Toutes ces rencontres sont des moments très forts d’amitié, de partage, de joie, de prières, d’espérance, de conversion, de guérison. »

Malades de l’alcool

Tous sont concernés :

– les malades de l’alcool qui ne veulent pas rester seuls dans leur lutte quotidienne parsemée d’embûches.
– Leur famille (épouse, époux, enfants, parents) qui est aussi perturbée dans son équilibre, sa confiance, son amour.
– Tous ceux qui se veulent solidaires de cette lutte que mène un proche, un voisin ou un ami.

Pèlerins de l’Eau Vive, nous croyons fortement qu’à l’origine de l’alcoolisme, il y a aussi une maladie de l’âme. La personne, affrontée à un problème, à des angoisses, à un environnement difficile, n’a pas su resserrer les liens avec son « Père Dieu ».

Notre Dame des Missions Impossibles

C’est en 1993 que Claude Pinto est venu à Lourdes avec les PEV. Là, ce fût sa conversion et sa guérison de sa dépendance à l’alcool.

Nous l’avons connu à Pontmain le 14 juillet 1994 et nous avons cheminé avec lui dans les pèlerinages.

Claude s’est retrouvé à la retraite à cette époque. Son métier, maçon . Il a troqué la truelle pour le ciseau à bois. Il a d’abord sculpté un prototype en bois que nous avons sur le lieu du chapelet à Sainte Jeanne d’Arc.

Ensuite, il a réalisé des statuettes en bois : une partie avec un cœur et d’autres avec l’enfant Jésus.
Il en donnait à tous les pèlerins nouveaux lors de nos rencontres.

Puis, après avoir travaillé le bois, il a fait les grandes vierges avec de la pierre reconstituée. Presque tous les anciens cœurs en ont une en France et quelques-unes sont parties à l’étranger.

Pour compléter cet historique, il faut dire que Claude avait une grande dévotion à Marie.

Claude, lors d’une rencontre avec un prêtre, bien qu’il était dans l’alcool était resté fidèle à ses 3 « Je vous salue » journaliers que lui avait suggéré ce prêtre.

Je peux vous dire que Claude a fait des neuvaines de pélés à San Damiano en Italie, Ars, Medjugorge.

Il a été également libéré de la cigarette lors d’un pèlerinage. Il donnait la moitié de son argent du tabac au père Martin pour des messes en l’honneur des âmes du purgatoire ».

Site à consulter

pèlerins de l eau vive