Notre-Dame du Port du Salut

dimanche 20 novembre 2016
popularité : 4%


Solennité de l’Immaculée Conception
à l’abbaye Notre-Dame du Port du Salut
à Entrammes
Le jeudi 8 décembre 2016



Les moines de l’abbaye Notre-Dame du Port du Salut à Entrammes, dans la Mayenne, nous invitent à une démarche de pèlerinage :

« L’abbaye célèbre avec grande joie l’Immaculée Conception. C’est pour les moines l’occasion d’aller en pèlerinage jusqu’ auprès de la statue qui surplombe l’abbaye et veille sur elle.

Notre Vierge en fonte de 3 mètres de hauteur c’est bien Notre Dame du Port du Salut, située à 25 mètres au-dessus de la rivière sur un piédestal qui forme en sa base un petit sanctuaire et orné de quatre anges.

Venez nous rejoindre afin de vous unir à notre prière en l’honneur de Notre Dame conçue sans péché.

La messe est à 11h30 et le rendez-vous pour la procession est à 15 heures devant l’abbatiale. La procession sera suivie de l’office des vêpres à 18 heures. »

Informations

Tel 02 43 64 18 64

secretariat@portdusalut.com

L’abbaye de Notre-Dame du Port du Salut

« Si aujourd’hui l’abbaye de Notre-Dame du Port du Salut respire la tranquillité, il n’en a pas été toujours ainsi. Depuis très longtemps le gué fut très fréquenté. C’était aussi un lieu sacré comme en témoignent les ruines d’un dolmen au-dessus du monastère.
A l’époque gauloise c’était un nœud routier très important, protégé naturellement sur ses flancs par deux rivières.

Plusieurs ruines gallo-romaines puis mérovingiennes : remparts, thermes en témoignent du rôle stratégique de cette place servant de frontière entre la Bretagne et le domaine des Francs.

La vie monastique a existé à Entrammes dès le IX° siècle dans deux monastères d’hommes et de femmes. Au niveau du gué lui-même, la rivière formait une petite plage où abordaient les barques qui prit le nom de Port-Ringeard. Au XIII° siècle le seigneur du lieu, Thibault de Mathefelon construisit une petite église dédiée à la Vierge Marie et à saint Nicolas, qui est toujours notre église. En 1233 le lieu fut confié à des Chanoines réguliers et un prieuré fut construit, qui existe encore, enserré dans les bâtiments plus récents de l’actuel monastère. En 1707 le prieuré, passé en commende, fut agrégé à l’ordre réformé des Chanoines réguliers de Sainte-Geneviève (Génovéfains).

Le 10 mai 1790 les chanoines furent expulsés et durent quitter les lieux, non sans avoir fait de larges aumônes. Les terres furent vendues et les bâtiments abandonnés jusqu’à leur reprise en 1815 par les cisterciens.

Lorsque la révolution abolit les vœux monastiques et supprima les ordres religieux, plusieurs moines et moniales, avec à leur tête Dom Augustin de Lestrange, maître des novices de la Trappe, préférèrent l’exil pour rester fidèles à leur vie religieuse. Il se réfugia d’abord en Suisse à la Valsainte, y fondant une communauté vivant de façon très rigoureuse. La Valsainte fonda plusieurs monastères, dont celui de Darfeld en Allemagne.

Après la chute de Napoléon on commence à penser au rétablissement des moines en France. Le port-Ringeard sera le premier site français à recevoir une communauté. Dès 1814 un moine de Darfeld, ancien moine de Morimond (près de Langres) reçoit de Louis XVIII l’autorisation de fonder un monastère trappiste.

A Darfeld le monastère avait accueilli un habitant de Laval qui avait lui aussi dû fuir la Révolution, Jean-Baptiste le Clerc de la Roussière. Revenu en France après la tourmente, il fit l’acquisition du prieuré de Port-Ringeard et l’offrit à Dom Bernard de Girmont, envoyé pour refonder un monastère de trappistes, le premier monastère à revivre en France. »

Site à consulter

Port du Salut Solennité de l Immaculée

guide saint Christophe abbaye Notre Dame du Port du Salut