Notre-Dame de la Marne

samedi 12 septembre 2015
popularité : 6%


Centenaire du Miracle de la Marne
sur les traces de Charles Péguy
9e pèlerinage des familles
Le samedi 19 septembre 2015



Organisé par l’ association Chapelle Saint Rémi (Meaux 77), ce beau pèlerinage partira du monument Notre Dame de la Marne, à Barcy (Seine-et-Marne) et ira jusqu’à la Cathédrale Saint Etienne à Meaux. La Messe sera célébrée dans la chapelle du Carmel à Meaux, en la forme extraordinaire du rite romain.

JPEG - 14.4 ko

Ce 9e pèlerinage des familles, placé sous le patronage de Charles Péguy, s’inscrit dans la foulée des précédents, notamment de celui du centenaire, en 2014. Il reste donc le pèlerinage du centenaire du miracle de la Marne : l’intervention de la Vierge Marie, attestée par des allemands faits prisonniers, permit en effet miraculeusement, du 6 au 12 septembre 1914, de stopper l’avancée allemande vers Paris et d’engager la contre-attaque sur le front de la Marne.

En septembre 1914, Mgr Marbeau, évêque de Meaux, fit un vœu pour que Meaux soit épargnée, ce qui fut le cas, le conduisant, en septembre 1915, à organiser un pèlerinage dans la commune pour y célébrer le Miracle de la Marne. En même temps, il décida d’y élever un monument commémoratif, qui fut inauguré en 1924.

C’est auprès de ce monument, dédié à Notre-Dame de la Marne, à Barcy, que partira, le samedi 19 septembre à 10h30, cette marche de 18 kms (stationnement des véhicules assuré). Les pèlerins feront une halte de prière au Mémorial Charles Péguy à Chauconin, pour ensuite rejoindre la cathédrale Saint-Etienne de Meaux, avant de participer à la célébration de la Messe tridentine (en la forme extraordinaire du rite romain), en la chapelle du Carmel, à Meaux.

Programme 2015

10H00 Accueil et stationnement des véhicules

10H30 : Départ de BARCY (77) du Monument ND de la Marne.

Déjeuner tiré du sac vers 13H00.

17H00 Prière à la Cathédrale Saint Etienne de Meaux

18H00 Messe tridentine (Forme extraordinaire du rite romain) en la Chapelle du Carmel 62, rue de Châage 77100 MEAUX

A l’issue, retour des chauffeurs assuré

La Vierge de la Marne

• le 6 septembre 1914 : bataille de la Marne.
« Joffre, commandant en chef des armées françaises, donne l’ordre de contre-offensive générale. Les Français arrêtent le repli et contiennent l’avancée allemande. Du 6 au 12septembre 1914, plus d’un million et demi de soldats vont se livrer bataille, dans ce que l’on appelle la première bataille de la Marne, sur plus de 200 kilomètres. Très vite les Français vont parler d’intervention divine, de miracle : le « miracle de la Marne ».

Le journal catholique, « Le Courrier de la Manche » du dimanche 14 janvier 1917 publie un article citant des sources allemandes dignes de foi, puisqu’ il s’agit d’un prêtre et de deux officiers. La Vierge a barré la route de Paris et 100.000 hommes l’ont vue, mais ils ont ordre de se taire sous peine d’être fusillés. Le récit explicite bien le retournement inespéré de la bataille de la Marne, qui tient du miracle et qui se produit entre le premier vendredi de septembre et l’octave de la Nativité de la Vierge Marie.

JPEG - 36.6 ko

« Le 3 janvier 1915 « Un prêtre allemand blessé et fait prisonnier à la bataille de la Marne, est mort dans une ambulance française où se trouvaient des religieuses. Il leur dit :  ! La Vierge de la Marne ! »

La meilleure preuve d’authenticité du récit qui précède est le suivant, qui se rapporte au même fait : une religieuse qui soigne les blessés à Issy-les-Moulineaux, écrit :

« C’était après la bataille de la Marne, parmi les blessés soignés à l’ambulance d’Issy, se trouvait un Allemand très grièvement atteint et jugé perdu. Grâce aux soins qui lui furent prodigués, il vécut encore plus d’un mois, il était catholique et témoignait de grands sentiments de foi. Les infirmiers étaient tous prêtres. Il reçut les secours de la religion et ne savait comment témoigner sa gratitude ; il disait souvent : » Je voudrais faire quelque chose pour vous remercier. « Enfin, le jour où il reçut l’extrême-onction, il dit aux infirmiers : » Vous m’avez soigné avec beaucoup de charité, je veux faire quelque chose pour vous en vous racontant ce qui n’est pas à notre avantage, mais qui vous fera plaisir. Je paierai ainsi un peu de ma dette.

« Si j’étais sur le front, je serais fusillé, car défense a été faite de raconter, sous peine de mort ce que je vais vous dire : vous avez été étonnés de notre recul si subit quand nous sommes arrivés aux portes de Paris.« Nous n’avons pas pu aller plus loin, une Vierge se tenait devant nous, les bras étendus, nous poussant chaque fois que nous avions l’ordre d’avancer. Pendant plusieurs jours nous ne savions pas si c’était une de vos saintes nationales, Geneviève ou Jeanne d Arc. Après, nous avons compris que c’était la Sainte Vierge qui nous clouait sur place. Le 8 septembre, Elle nous repoussa avec tant de force, que tous, comme un seul Homme, nous nous sommes enfuis. Ce que je vous dis, vous l’entendrez sans doute redire plus tard, car nous sommes peut-être 100.000 hommes qui l’avons vu. » »
(Tiré du Le courrier de la Manche, du dimanche 14 janvier 1917.) »

Source

le salon beige

Organisation et inscriptions

Association Chapelle Saint Rémi (Meaux 77)

Renseignements et inscriptions pour retour à Barcy des chauffeurs : 06 25 62 23 21

Autres informations sur le miracle de la Marne en 1914

Miracle de la Marne

et sur l’intercession de Sainte Jeanne d’Arc, à la prière des parisiens

amis Jeanne d Arc

Sites à consulter

archives de France bataille de la Marne

le forum catholique


Documents joints

PDF - 78.9 ko
PDF - 78.9 ko