Marche de Saint-Joseph des pères de famille, époux d’Île-de-France

mardi 14 février 2017
popularité : 4%


Marche de Saint-Joseph
des pères de famille, époux d’Île-de-France
De Notre-Dame de Paris à Saint-Sulpice et Saint-Eustache
Le samedi 18 mars 2017



« Aimer c’est tout donner et se donner soi-même »
Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face

Sur ce thème du don de soi, le pèlerinage se propose d’aborder, cette année, la question de la relation à l’épouse.

La relation « sponsale », c’est à dire conjugale

« Que signifie, pour les chrétiens, être époux ?

Pour éclairer ce thème du don, l’évangile choisi est « Jésus et la Samaritaine » (St Jean 4, 3-42) : « Si tu savais le don de Dieu », don qui touche la relation conjugale, lorsque le Christ demande « Va chercher ton mari ».

Cet évangile traite, au fond, des épousailles de Jésus avec chaque âme humaine. Chaque âme, que ce soit chez les hommes ou chez les femmes, est féminine, car elle reçoit. Le Christ vient se donner à nous, s’unir à notre âme.

C’est l’histoire d’une rencontre, qui se construit autour d’un puits, souvent signe d’un mariage dans les écritures, qui, par la finesse d’écriture de l’apôtre, nous permet de contempler la délicatesse du Christ dans la progression de son échange avec la samaritaine. » Enseignement du Père Jean-Philippe Fabre

St Jean 4, 3-30, 39-42

Lecture Missionnaire

« Aimer c’est tout donner. Se donner fragile dans un monde fragile.

a) Le Chrétien qui se cherche et qui oriente.

Il y a un cheminement : la samaritaine se cherche et accepte ses vulnérabilités.
Nous sommes de plus en plus vulnérables dans un monde compliqué : modes de réseaux, quantités d’information, dérèglement de la santé. Difficile de chercher notre identité d’homme dans ce monde.

Il faut accepter d’être un chercheur et c’est ça qui va nous permettre d’orienter les autres.

La samaritaine revient en orientant les autres : « Venez voir, j’ai trouvé un homme qui m’a dit ce que j’avais fait, ne serait-ce pas le Christ ? ».

Avec l’autre, dans la mission, on n’arrive pas avec l’étendard de notre foi ; notre témoignage n’est pas un témoignage d’un homme ayant trouvé la vérité, mais le message que « ma vie a changé » ; je ne suis pas meilleur que l’autre, mais j’ai le Christ avec moi.

Différence entre l’homme avisé versus l’homme insensé : Mathieu 7.24.

« Quiconque donc entend ces paroles que je dis, et les met en pratique, sera comparé à un homme prudent, qui a bâti sa maison sur le roc. Et la pluie est tombée, et les torrents sont venus, et les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison-là ; elle n’est point tombée, car elle avait été fondée sur le roc. Et quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera comparé à un homme insensé, qui a bâti sa maison sur le sable. Et la pluie est tombée, et les torrents sont venus, et les vents ont soufflé, et ils ont heurté contre cette maison-là ; et elle est tombée, et sa chute a été grande »

Etre chrétien n’est pas un antidote aux difficultés, c’est avoir le Christ comme point d’appui. Nous n’offrons pas aux autres une perfection, mais une vulnérabilité.
Je tombe comme les autres, mais j’ai le Christ pour me relever.

b) Le chrétien donné dans la communion ecclésiale.

L’Eglise n’est pas une simple communauté des croyants mais un corps vivant dans une dépendance mutuelle, une solidarité profonde. La samaritaine ne va pas pouvoir garder cette révélation pour elle. Elle met sa communauté en contact avec le Christ. Communion ecclésiale. Ensuite elle s’efface, certainement joyeuse de voir les samaritains s’approprier à leur tour la révélation. La mission de l’Eglise c’est la communion ecclésiale.

c) Le chrétien lucide et missionnaire.

La samaritaine est devenue lucide et efficace. Elle est devenue elle-même. Elle donne, se donne à voir dans la transformation, le retournement que le Christ a opéré en elle. Elle devient missionnaire, témoin vivant de l’action guérissante du Christ sur elle.
Nous sommes tous invités à suivre ce chemin, à laisser le Christ entrer dans nos faiblesses afin de nous transformer et de nous mettre en route. »

Saint Paul, 2 Co 12, 7 : « Et pour que l’excellence même de ces révélations ne m’enorgueillisse pas, il m’a été mis une écharde en la chair, un ange de Satan chargé de me souffleter – pour que je ne m’enorgueillisse pas ! A ce sujet, par trois fois, j’ai prié le Seigneur pour qu’il s’éloigne de moi. Mais il m’a déclaré : « Ma grâce te suffit : car la puissance se déploie dans la faiblesse. » C’est donc de grand cœur que je me glorifierai surtout de mes faiblesses, afin que repose sur moi la puissance du Christ. C’est pourquoi je me complais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les détresses, dans les persécutions et les angoisses endurées pour le Christ ; car, lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort. »

Une marche pour se confier à Saint-Joseph

« La Marche de Saint-Joseph est, comme son nom l’indique, sous le patronage de ce grand saint, lui qui a su écouter l’ange pour prendre Marie pour épouse, Jésus pour fils et les protéger du danger.

Et si Marie, conçue sans péché, l’avait déjà choisi pour devenir son mari, grandes devaient être, alors, ses qualités.

Si Dieu lui-même, demande à Joseph de veiller sur Son Fils bienaimé, grandes devaient être, alors, sa force et sa vertu.

Bienheureux celui qui a cru et qui est devenu le dépositaire du mystère de Dieu, le père du Salut. Serviteur fidèle et prudent, Joseph prend la haute responsabilité de la sainte Famille et construit la première église en se donnant totalement à Marie et à Jésus.

Saint-Joseph porte en lui tout le patrimoine de l’Ancienne Alliance et il nous introduit dans l’intimité même de l’Alliance Nouvelle et éternelle. Il nous montre le sacrifice absolu qu’il fit de toute son existence d’homme afin de collaborer au plan divin et il nous guide sur nos propres chemins.

Notre pèlerinage nous met en sa présence, sous son regard aimant et il veille sur nos vies d’hommes, d’époux, de pères, de chrétiens, de travailleurs.

Dans ses litanies, il est, entre autres, célébré comme ‘terreur des démons’, alors n’hésitons pas à nous confier à lui, avec confiance !

Une marche pour se ressourcer avec d’autres hommes auprès du Christ

La Marche de St Joseph s’adresse à tous les hommes, pères, époux, de toutes générations et de toutes conditions physiques ou sociales, plus ou moins engagés dans la vie de l’Église, croyants ou en questionnement.

Le temps d’une journée, elle conjugue marche dans Paris, échanges avec d’autres pères, prières, enseignement, célébration, procession aux flambeaux, sacrement de réconciliation et veillée avec les familles.

Nous y confions nos joies et nos épreuves respectives, à l’intercession de Saint-Joseph et marchons au côté du Christ afin qu’Il nous éclaire dans notre vie d’homme, d’époux, de père, de travail et de service auprès des autres.

D’origine laïque, cette marche est organisée par un groupe de pères issus de plusieurs paroisses de Paris et de sa région, soutenue par le diocèse et animée par le Père Jean-Philippe Fabre, professeur au Collège des Bernardins. »

Le déroulement de la Marche

« - Le temps des chapitres

Chaque groupe de pèlerins forme un « chapitre, » quel que soit son nombre et sa provenance. Les chapitres peuvent être de quelques personnes jusqu’à une cinquantaine, toutefois les chapitres nombreux peuvent perdre en qualité d’échanges entre les participants.

Ces chapitres se forment le plus souvent dans les paroisses et les aumôneries, mais ils peuvent émerger au sein d’associations ou de groupes d’amis. Bien sûr, la présence d’un consacré ou d’un prêtre est une grâce très précieuse et souhaitable, cependant des laïcs engagés mènent parfois de très beaux parcours sans pasteur attitré, faute d’en avoir trouvé.

L’initiative et l’engagement de laïcs reste le fondement de ce type de pèlerinage.
Chaque chapitre s’organise en construisant son itinéraire, avec ses arrêts pour échanger, prier, visiter, en se dirigeant en début d’après-midi vers Notre-Dame, où commencera le temps communautaire.

Il est vivement conseillé aux chapitres de partir de bon matin afin de pouvoir vivre un moment riche et fraternel qui dépend beaucoup du temps de cheminement et de l’organisation des arrêts.

La marche édite un livret, distribué une semaine auparavant, dans lequel les chapitres pourront puiser des prières et des chants. Le choix de textes spécifiques à méditer dans le temps propre à chaque chapitre est aussi conseillé.

Un moment habituellement fort dans les chapitres est ‘le cercle des intentions partagées’, lorsque les pèlerins qui le souhaitent, se présentent les uns aux autres et ouvrent le cœur pour dire pourquoi ils sont venus, pour qui ils marchent ce jour-là et pour partager à des frères bienveillants, en toute confidentialité, leurs peines ou leurs joies. Il y a aussi dans la récitation du chapelet, chemin faisant, et dans la méditation des mystères, de grandes grâces communautaires.

Il est important de prévoir ses lieux d’arrêts et de pas hésiter, le cas échéant, à les appeler pour organiser ces visites qui peuvent alors se transformer en accueil de communion ou en enseignement inspiré.

Sur son site, La Marche de Saint-Joseph va recenser les ‘meilleures adresses’ afin que les chapitres puissent y trouver des inspirations.

Chaque chapitre nomme un chef de chapitre, qui est le relais avec l’organisation de La Marche.

  • Le temps en commun

La célébration de la Messe à la Cathédrale Notre Dame de Paris

Accueil à Notre Dame de paris à partir de 14h00. La messe commencera à 14h45.
Cette année, nous avons fait la demande exceptionnelle de pouvoir vénérer les reliques de la Sainte Couronne, à l’issue de la Messe.

  • L’enseignement à Saint-Sulpice et la veillée à Saint-Eustache

Après la célébration à Notre-Dame, nous rejoindrons St Sulpice pour y recevoir un enseignement, que nous fera l’écrivain et philosophe Fabrice Hadjadj, sur le don de soi.

Ensuite, en procession chantée et méditée, nous regagnerons l’église Saint-Eustache pour partager nos vivres de marche et où une soupe chaude sera proposée. A partir de 20h, sont invitées nos familles, afin de participer ensemble à la veillée de louanges et de miséricorde, qui se terminera vers 22h.

  • Les repas

Ce sont des piqueniques ‘tirés du sac’. Chaque pèlerin se muni de quoi se nourrir à midi et le soir. Ces repas sont des temps de partages appréciés, tant sur les vivres de course, que pour les contacts qui se créent. »

Le thème de la Marche 2017 « Aimer c’est tout donner »

« Le don de soi, l’engagement, c’est l’essence même de l’amour.

A partir de ce thème, il est proposé à chaque chapitre de méditer sur notre manière de vivre nos engagements, en méditant notamment l’exemple de Saint-Joseph et plus encore celui de son Fils, Jésus-Christ, notre Sauveur.

Le père Jean-Philippe Fabre prépare, sur ce thème, si dense, un enseignement relayé dans les chapitres. »

Programme de la journée du 18 mars 2017

A – TEMPS DES CHAPITRES

Dans les paroisses ou les écoles intéressées d’Ile de France, des hommes, désireux de partager leur foi et de se mettre sous la protection de Saint Joseph, se regroupent en chapitres. Chaque chapitre organise sa matinée. Nous recommandons un départ tôt afin de permettre le plus d’échanges possibles et de tisser des liens.
Pour ceux qui n’ont pas de chapitre, le chapitre « Saint Jean-Paul II » vous accueille. Rendez- vous à 8h à l’hôpital St Joseph – 185, rue Raymond Losserand – 75014 Paris.

B – TEMPS EN COMMUN, sur le thème de l’année : « Aimer c’est tout donner »

• NOTRE-DAME de Paris (75004)

14h00-14h45 : Accueil dans Notre-Dame de Paris, en passant par le portail central 14h45-16h00 : Messe de la Saint-Joseph, célébrée par Mgr de Moulins-Beaufort 16h00-16h15 : Ostension de la Couronne d’épines, portée par Mgr Chauvet
16h15-16h30 : Regroupement square Jean XXIII et départ en cortège groupé vers Saint-Sulpice

• SAINT-SULPICE (75006)

17h00-17h15 : Accueil à Saint-Sulpice
17h15-18h15 : Intervention de Fabrice Hadjadj
18h20-18h30 : Regroupement place Saint-Sulpice et début du chapelet (mystères douloureux)

• Procession entre Saint-Sulpice et Saint-Eustache

18h40-19h00 : Procession jusqu’à la Place Dauphine, chapelet récité 19h00-19h10 : Regroupement Place Dauphine
19h10-19h30 : Procession jusqu’à Saint-Eustache, chapelet récité

• SAINT-EUSTACHE (75001)

19h30-19h45 : Accueil à Saint-Eustache
19h45-20h30 : Piquenique tiré du sac et soupe chaude
20h30-22h30 : Accueil des familles. Veillée de prière, adoration, sacrement de réconciliation et bénédiction finale

Informations

info@marche-de-st-joseph.fr

Site source à consulter

marche de Saint Joseph aimer c est donner et se donner soi même