Bienheureux Louis-Edouard Cestac

lundi 24 août 2015
popularité : 3%


Pèlerinage sur les pas du Bienheureux Louis-Edouard Cestac
à Notre-Dame de Buglose, commune de Saint-Vincent-de-Paul (Landes)



Le Dimanche 13 septembre 2015, journée présidée par Mgr Marc AILLET, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron .

Renseignements

Direction des Pèlerinages Diocésains de Bayonne Lescar et Oloron
Directeur Diocésain Monsieur l’abbé François de Mesmay
Secrétariat : Magali Vilrobe
9 rue des Lisses 64100 Bayonne Tél : 07.64.08.66.13
Courriel : pelerinages.diocesains@diocese64.org

Bienheureux Louis-Edouard Cestac

Louis-Edouard Cestac (1801 - 1868), prêtre diocésain français, fondateur des Filles de Marie, déclaré vénérable le 7 avril 1908 par le pape saint Pie X.
Le 13 juin 2014, promulgation par le Pape François du décret de reconnaissance de miracle lui étant attribué.

La cérémonie de la béatification du père Louis-Edouard Cestac a eu lieu le 31 mai 2015 en la Cathédrale Sainte-Marie de Bayonne.

La Congrégation a été fondée à Anglet en 1842, par un prêtre du diocèse de Bayonne, le Père Louis Edouard Cestac… Vicaire à la cathédrale de Bayonne, le P. Cestac fut bouleversé par la situation des fillettes errantes et par celles des jeunes adolescentes prostituées. Il fonde successivement en 1836, le Grand Paradis à Bayonne pour les orphelines et en 1839, Notre Dame du Refuge pour donner un espace re-créateur aux adolescentes blessées par la vie. Accoutumé à l’accueil des pauvres et sûr de la tendresse de Dieu pour les plus démunis, le Père Cestac trouve en Marie, le guide et le soutien de toutes ses initiatives. Sa confiance en Marie, le poussera à se nommer lui-même Serviteur de Marie.

Rien ne prédisposait l’Abbé Cestac à devenir un expert en matière agricole : ni sa naissance en plein cœur de la ville de Bayonne dans une famille de petite bourgeoisie, ni ses études qui le préparaient à l’état écclésiastique, ni ses premières fonctions dans l’Eglise : professeur au Séminaire de Larressore, puis vicaire à la Cathédrale de Bayonne.

Quant à ses aptitudes naturelles, si son talent musical et son intelligence intuitive ne le rapprochent guère de l’agriculture, sons sens pratique reste un atout.

Il mourut 27 mars 1868, à Anglet, à Notre-Dame du Refuge, où il repose.

Ouvrage à consulter :

Louis-Edouard Cestac, éditions Artège

L’éducation ne pouvant se réaliser chez nous qu’avec l’instruction, répandez l’une et l’autre…
P. Cestac

Ecrits et témoignages concernant l’abbé Cestac

1. Lettre de l’abbé Cestac, chanoine de la cathédrale de Bayonne, à son évêque, du 5 juin 1858

L’œuvre que la bonté divine a daigné me confier, prenant chaque jour de nouveaux accroissements, réclame désormais tout mon temps et m’impose impérieusement l’accomplissement d’un devoir sacré. C’est de me démettre du canonicat dont Votre Grandeur avait daigné m’honorer.

Ce devoir je viens l’accomplir aujourd’hui en remettant entre vos mains, Monseigneur, ma démission de chanoine titulaire de la cathédrale de Bayonne.

Ce sera, sans doute, un secours de moins pour les pauvres si nombreux dont nous sommes chargés, mais la T.S. Vierge que nous aimons comme notre mère et que nous honorons comme notre souveraine maîtresse daignera, nous en avons la ferme confiance, remplir ce vide et suppléer par d’autres moyens à ce qui pourrait nous manquer. C’est sur elle que nous avons toujours compté et jamais nous n’avons été trompés dans notre espérance. […]
J’espère que cette démarche attirera sur une œuvre qui vous est si chère, la bénédiction du Ciel, et que bénie de notre divin Sauveur et sa T.S. Mère cette œuvre donnera de nouvelles consolations à votre cœur paternel.

2. Lettre de l’évêque de Bayonne du 9 décembre 1849

Il [l’abbé Cestac, vicaire de la cathédrale] s’est constamment distingué par ses talents, par une haute piété, une grande modestie et surtout par son zèle à soigner les pauvres et à exercer la charité. Il est fondateur et directeur d’un établissement d’orphelins et d’une maison de refuge pour les filles repenties.

3. Lettre du préfet des Basses-Pyrénées du 30 décembre 1849 à l’occasion de la nomination de Louis-Edouard Cestac à un canonicat de la cathédrale de Bayonne

M. l’abbé Cestac est un prêtre distingué par les talents et les vertus. Il est très bien vu de la population et il est grand ami des pauvres.

Source

le forum catholique

Carton F19 2821 des Archives Nationales, conservé au site de Pierrefitte-sur-Seine

Sites à consulter

diocèse 64 programme des pèlerinages

nominis Bienheureux Louis Edouard Cestas

Eglise Landes Buglose